Femmes de droit

Droit des femmes

Oppression systémique

Oppression systémique

Concept d’oppression systémique

« Quoi »

L’oppression systémique vise les inégalités et discriminations produites et reproduites par le système, par le biais des stéréotypes et des préjugés. Le caractère systémique signifie qu’il ne s’agit pas d’actes isolés et individuels mais bien des comportements répétés et structurels. En fait, c’est l’organisation tout entière de la société qui reproduit les inégalités.

L’oppression systémique prend notamment la forme de la discrimination indirecte. C’est d’ailleurs via cette notion que le problème est généralement désigné et traité. Cette forme de discrimination signifie que le comportement, la règle, la pratique ou la politique adoptée semblent neutres et ne prévoient pas explicitement de discriminations. Cependant, elles ont, en fait, pour conséquences de désavantager certaines personnes ou groupes de personnes, au profit des autres individus.

« Qui et où »

Ce phénomène structurel touche les groupes d’individus présentant un motif de discrimination, généralement basé sur des caractéristiques personnelles. Du coup, une partie de la population partageant une caractéristique commune considérée comme supérieure, les dominants, vont, de manière consciente ou pas, adopter des comportements et des règles dont ils tireront profit. Cela se fait au détriment de la partie dominée de la population, qui ne présente pas cette caractéristique (les minorités).

Il s’agit, par exemple, des personnes racisées ou handicapées. L’orientation sexuelle, le genre, la religion, l’âge sont également des causes d’oppression. Donc les femmes, notamment, subissent des oppressions des hommes (plus communément dénommé « sexisme »). C’est-à-dire que les hommes sont favorisés par le fonctionnement de la société, au détriment des femmes qui, elles, sont désavantagées. C’est le cas, par exemple, lorsqu’une femme est moins bien payée pour un emploi exactement similaire à celui d’un homme.

L’oppression systémique sévit dans tous les secteurs. Par exemple, l’accès au logement, l’emploi, la santé, la justice, l’enseignement, les médias, etc.

Reconnaissance et droit

Le concept d’oppression systémique n’apparait pas, en tant que tel, dans le domaine juridique belge. La problématique est traitée via la discrimination. Cependant, cela vise alors le phénomène individuel. En effet, il n’est pas reconnu dans son caractère institutionnel et structurel et cela pose problème, au vu de l’impact de ces comportements sur un groupe d’individus. De plus, les lois anti-discrimination actuelles sont parfois utilisées pour soutenir des personnes, habituellement dominantes, qui sont ponctuellement touchées par un acte isolé de discrimination.

Notons que le Canada tend, de plus en plus, à reconnaitre le caractère systémique de certaines discriminations et à lutter contre cela.  

Organismes de lutte

En Belgique, il existe deux organisations connues pour lutter, notamment, contre les discriminations et pour l’égalité des chances.  

Premièrement, il s’agit de « UNIA ». Ce service public indépendant lutte activement contre toutes les formes de discriminations. L’une de leurs actions consiste à recevoir les signalements de personnes victimes et à les aider. Par ailleurs, UNIA mène des campagnes de sensibilisation et établit des recommandations à destination des autorités.

Deuxièmement, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes traite, notamment, des discriminations fondées sur le sexe. Cette institution publique fédérale reçoit également les plaintes des victimes et répond aux demandes d’informations. En outre, l’Institut est actif dans la recherche en matière de genre. Il est, également, habilité à formuler des recommandations destinées aux autorités.

Ysaline Matthis

Références juridiques

Femmes de droit - Droit des femmes, ASBL (n° d'entreprise : 0692.861.496)-Miriam Ben Jattou - 2019