Femmes de droit

Droit des femmes

Patriarcat

Le patriarcat est un modèle d’organisation sociale dans lequel le pouvoir et l’autorité sont aux mains des hommes. A l’origine, ce terme était spécifique à la famille. On considérait que l’homme adulte hétérosexuel devait exercer le contrôle sur le corps et la vie de tous les autres membres de la famille (femme et enfants).

Le sens que l’on donne à ce terme a évolué. Désormais, il désigne un modèle qui est présent et structure tous les domaines de la société.

Comment cela se traduit-il ?

La militante féministe Denise Comanne établit 5 critères caractéristiques du système patriarcal. 

  • Une division sexuelle du travail qui créée une hiérarchie entre les activités « féminines » et « masculines ». Les femmes sont discriminées dans le monde du travail et fournissent en plus de nombreuses heures de travail domestique. Elles occupent les postes les moins valorisés, les moins rémunérés et avec le moins de pouvoir de décision. De plus, les femmes sont majoritairement présentes dans le secteur des services, où l’on retrouve les fonctions de soin (éducation, santé…), fonctions attendues d’une femme par la société patriarcale.
  • Une absence totale ou partielle de droits. Les luttes féministes ont permis l’acquisition de droits (vote, travail…) mais de nombreux progrès restent à faire. Comanne explique également que le capitalisme, pour son propre intérêt, a permis l’élargissement aux femmes de certains droits (plus de libertés pour travailler et consommer d’avantage).
  • Une violence physique, morale ou « idéelle » (discours, mythes)
  • Les rapports de domination et les inégalités sont justifiés comme étant quelque chose de naturel et ne pouvant être changés.
  • Sans luttes, ces discours sont intériorisés par les opprimés.

Comment expliquer cette domination ?

De nombreuses théories dont celle de l’autrice Silvia Federici explique que les femmes ont perdu du pouvoir et des droits en Europe lors du passage du haut Moyen-âge au capitalisme marchand. Federici prend notamment l’exemple de la chasse aux sorcières. Pour l’autrice, cela a modifié « les rapports de force entre les sexes et entre les classes en faveur du développement du capitalisme et du patriarcat ».

Le développement du capitalisme s’est accompagné d’un contrôle renforcé sur le corps des femmes. Corine Fortier montre que le corps des femmes est un bien très précieux car il permet la reproduction humaine (gestation, accouchement, allaitement) essentielle à la reproduction sociale. Ainsi, les femmes se sont vues de plus en plus exclues des activités qu’elles effectuaient en dehors de leur maison. En effet, cette exclusion permet aux hommes de garder le contrôle sur les sphères les plus valorisées et de reproduire le modèle patriarcal.

De plus, comme nous l’avons vu plus haut, lorsque les femmes ont pu être plus insérées dans le monde du travail ou acquérir d’avantage de droits, cela s’est fait dans l’intérêt du capitalisme ou grâce à de nombreuses années de luttes féministes.

Références juridiques

  • /

Pour aller plus loin

Femmes de droit - Droit des femmes, ASBL (n° d'entreprise : 0692.861.496)-Miriam Ben Jattou - 2019