• +32 494/24.95.38
  • info@femmesdedroit.be
  • Belgique

Sexisme

Droit des femmes

Définition

Le sexisme désigne un ensemble de croyances et de comportements qui privilégient les hommes par rapport aux femmes. C’est un système global puisqu’il s’exprime à différents niveaux : sociétal, culturel, institutionnel ou individuel.

Ainsi :

  • au niveau professionnel : le plafond de verre empêche aux femmes l’obtention de postes de décision et de promotions.

  • au niveau économique : pour un travail égal, les femmes touchent un salaire moins élevé que celui des hommes. Leur retraite est également plus faible. 

  • au niveau familial : les femmes effectuent encore en majorité les tâches ménagères et ont le poids de la charge mentale. Ce sont généralement elles qui prennent le congé parental après la naissance d’un enfant.

  • au niveau politique : les femmes sont sous représentées. Elles occupent les postes avec le moins de responsabilités.

  • au niveau culturel : les femmes sont souvent représentées comme des objets, elles sont moins invitées à parler en tant qu’expertes sur les chaînes télévisées.

  • au niveau de la sécurité : presque 100% des femmes ont déjà été harcelées au moins une fois dans la rue. Chaque jour, près de 100 viols auraient lieu en Belgique.

Et la liste est encore longue…

Sexisme envers les hommes ?

On ne peut pas parler de sexisme contre les hommes comme on ne peut pas parler de racisme contre les blancs.

Bien sûr, les hommes peuvent être victimes de préjugés mais ils ne sont pas victimes d’un système global. En effet, les discriminations envers les hommes restent minoritaires ce qui rend la comparaison avec ce que vivent les femmes difficile.

Par ailleurs, de nombreux hommes ne pensent pas avoir de comportements sexistes mais ces comportements sont intériorisés et inconscients.

La société donne des rôles genrés aux femmes et aux hommes. Ainsi, ces derniers profitent de certains privilèges. Par exemple, ils ne sont pas harcelés sexuellement dans les transports en communs ou ne doivent pas se demander si leur tenue est trop “provocante”.

Il ne s’agit pas d’accuser les hommes mais en tant que dominant, il est important de prendre conscience de sa position et de ses privilèges. L’objectif est un changement des consciences et de la société.

Les différentes formes de sexisme

La chaîne Youtube Super Pépette évoque plusieurs types de sexisme :

  • Le sexisme hostile : il s’agit de l’hostilité frontale envers les femmes (par exemple : affirmer que les femmes sont inférieures).

  • Le sexisme bienveillant : cela peut ressembler à des compliments ou de la gentillesse mais en réalité c’est un comportement paternaliste qui contribue à réduire les femmes à des êtres fragiles. C’est une forme plus insidieuse et donc plus difficile à identifier.

  • Le sexisme ordinaire : il désigne toutes les paroles et tous les comportements quotidiens qui passent souvent inaperçus.

La législation Belgique

La loi du 22 mai 2014 vise à lutter contre le sexisme dans l’espace public. Elle a été créée en 2012 par Joëlle Milquet suite à la diffusion du documentaire choc Femmes dans la rue de Sophie Peeter.

« La loi stipule que toute personne ayant un comportement ou un geste, en public ou en présence de témoins, visant à considérer une personne comme inférieure ou à la mépriser en raison de son sexe ou encore de la réduire à sa dimension sexuelle, peut être punie. »

La peine peut aller jusqu’ à un an de prison et une amende de 50 à 1000 euros. 

Pourtant, les bilans sur l’application de cette loi restent très mitigés. Très peu de femmes portent plainte. La difficulté réside dans la possibilité de donner une preuve de son aggression, ce qui est souvent impossible.

Il y a également la peur du jugement de la police. Beaucoup de victimes jugent la police incompétente voire indifférente. Cependant, la police est légalement obligée de prendre la plainte.

Louise Delette

Références juridiques